Share

Les cas vrais de possession démoniaque , des cas les plus connus aux moins connus.

La possession

La possession désigne, en anthropologie, une situation au cours de laquelle une personne est considérée comme étant habitée par une ou plusieurs entités surnaturelles (divinité, esprit, ancêtre, démon, etc.). De nombreux types de possessions ont été décrits dans des sociétés diverses. Il s’agit le plus souvent d’un esprit ou d’une divinité qui choisit d’investir le corps d’un être humain lors d’une cérémonie. Le possédé adopte un comportement social différent d’ordinaire et reconnu par les dévots comme la manifestation de l’entité surnaturelle. C’est l’occasion pour celle-ci de prendre forme humaine et d’user de comportements, d’attitudes et d’expressions corporelles spécifiques (tremblements, pleurs, rires, etc.) auxquels nous attribuons le terme de transe dans le sens commun. Cependant « transe » ou d’autres expressions comme « état de conscience modifiée » ne permettent pas d’établir des catégories précises et formelles pour l’analyse comparative. Cela s’applique aussi à la possession, bien que son emploi soit utile pour désigner des phénomènes religieux distincts du chamanisme.

Soulignons que les mêmes types de terminologies sont utilisées par les sociétés pratiquant la possession. Nombre d’ethnologues ont démontré l’importance de la musique, associée à la danse, pour son bon déroulement. Selon le contexte culturel ou les phases du rituel, le rôle de la musique varie mais elle va servir généralement : à identifier, invoquer ou à consulter l’entité surnaturelle. Mais la musique n’est pas son seul déclencheur. Cette possession peut être vécue négativement quand elle est à l’action d’esprits malveillants, et la musique perd de son importance, même si l’identification de l’entité extérieure reste souvent nécessaire pour l’exorcisé. Les solutions à apporter sont nombreuses.

L’un des dangers serait de réduire la possession aux seuls fonctions sociales qu’elle assumerait, bien qu’elle touche généralement certains groupes sociaux plus que d’autres. Ce processus d’incarnation du surnaturel s’exprime bien par le corps, la parole et la voix, et de fait ces conduites sont au moins chargées de valeur symbolique. La possession est un lieu privilégié pour comprendre la négociation entre l’individu et la société, l’intime et le social. C’est un processus qui sous-tend des formes de pensée et d’action sur le monde, ainsi que des conceptions esthétiques particulières. Il est donc à voir davantage comme une porte d’entrée sur une cosmologie, qu’une tentative de résolution d’un conflit psychique. Retenons que la possession a reçu des explications de plusieurs ordres : psychologiques, religieuses, anthropologiques, sociologiques, dont aucune ne peut rendre compte seule de la complexité du phénomène. La possession serait apparemment plus répandue chez les femmes que chez les hommes

Comments

comments