Le fantôme et le chien

Share

Poltergeist, phénomène paranormal. Un couple filme leurs chiens dans leur jardin. Avec étonnement il voit qu’ un des chiens semble courir et sauter après “rien”. A un moment la situation devient surprenante, le monsieur filme une brume vaporeuse qui semble jouer avec le chien. Il fait alors le rapprochement de sa fillette décédée qui joue avec l’ animal.

Dans ses Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand fait état d’un chat noir qui hanterait l’escalier d’une tour du château de Combourg, appelée de ce fait « la tour du chat ». En 1876, lors de travaux de restauration, on découvrit dans un mur les restes desséchés d’un chat, probablement emmuré vivant au Moyen Âge pour conjurer le mauvais sort selon les coutumes de l’époque.

Le folklore anglo-saxon est riche en légendes concernant des fantômes de chiens noirs, presque toujours malveillants. C’est une d’elles, provenant du Dartmoor, qui aurait inspiré à Arthur Conan Doyle son roman Le Chien des Baskerville.

Dans un de ses ouvrages, Jean Prieur relate une douzaine de témoignages de la manifestation post-mortem d’animaux familiers. Dans un de ceux-ci, une chienne sauvage nommée Polka se laissait caresser et nourrir par une famille, mais repartait ensuite loger dans une carrière au fond d’un bois. Un jour, la chienne disparut et l’on apprit qu’elle avait été gravement blessée par une voiture à la suite de quoi elle était probablement partie agoniser dans un fourré. Toutefois les trois membres de la famille continuèrent à entendre des gémissements et des grattements à leur porte sans voir l’animal. Intrigués, ils se rendirent à sa cachette habituelle et la découvrirent morte depuis plusieurs jours, avec auprès d’elle trois chiots nouveau-nés, dont un vivait encore.

Ernest Bozzano recense neuf cas de fantômes d’animaux, tout en notant :

« on comprendra que les fantômes d’animaux présentent rarement la même valeur probante que ceux d’êtres humains, soit parce qu’on peut plus difficilement les séparer des fantômes purement hallucinatoires, soit parce qu’il n’est pas toujours facile d’exclure que les percipients se soient trompés, en prenant des animaux vivants pour des fantômes d’animaux. »

Pour mémoire, on peut citer également les chasses fantastiques qui associent les fantômes des composantes classiques des chasses à courre : cavaliers, chevaux et meutes de chiens.

Comments

comments

Author: Michael